Prochain événement
581424
DD
jours
:
HH
heures
:
MM
min
:
SS
sec

Hooray!

Voici une conversation que Kerry et Lynn Davison n’oublieront jamais.

« Notre fille Jenna travaillait depuis trois ans pour une entreprise de lutte intégrée contre les parasites, raconte Kerry Davison. Un jour, elle est venue nous voir Lynn et moi en disant : Je ne crois pas que c’est ce que je veux faire pour le reste de ma vie. Avez-vous repensé à l’idée de fabriquer du fromage? »

C’était en octobre 2009. Jenna était alors âgée de 22 ans et sa sœur Emma, de 20 ans seulement. Leurs parents avaient lancé l’idée de fabriquer du fromage à partir du lait des vaches de race Jersey de la ferme voisine (propriété du frère de Kerry, Kevin) depuis l’inauguration d’une voie de raccordement achalandée à proximité de leur propriété autrefois paisible, située à Maple Ridge, en Colombie-Britannique.

Étant donné que Jenna menait déjà une carrière dans un autre domaine et qu’Emma était sur le point de faire son entrée à l’école des sciences infirmières, « l’idée de fabriquer du fromage » avait été mise en veilleuse. Mais tout a changé rapidement, explique leur père.

« J’ai réuni mes filles et je leur ai dit : Écoutez, vous pouvez attendre que je sois vieux pour recevoir votre héritage ou je pourrais investir maintenant tout ce que j’ai dans ce projet, si vous êtes d’accord. Et la réponse fut un oui retentissant. »

Golden Ears Cheesecrafters (cheesecrafters.ca) a démarré en août 2011 et a respecté sa promesse d’absorber une bonne partie des économies que Kerry et Lynn avaient accumulées. (L’établissement de 5 500 pieds carrés comprend une vaste aire de production et trois caves d’affinage ainsi qu’une boutique, une salle de démonstration culinaire et une section d’aliments fins.)

Jenna, fromagère en chef, et Emma, directrice des ventes et du marketing, ont fait de leur entreprise un succès triomphal. Elles ont réalisé de manière inattendue un mince profit au cours de leur année de démarrage (soulignons que Kerry et Lynn y travaillent sans être rémunérés). De plus, deux de leurs fromages, un brie et un havarti, sont finalistes de l’édition 2013 du prestigieux Grand Prix des Fromages Canadiens.

Les ventes et la reconnaissance sont arrivées beaucoup plus rapidement que prévu, et Kerry se dit extrêmement fier de ses filles, mais nullement étonné de ces résultats. Après tout, il avait analysé minutieusement et impartialement les aptitudes de chacune avant de faire son offre.

La première fois que Kerry et Lynn ont envisagé de démarrer une fromagerie, c’était il y a huit ans, lorsque leurs filles s’occupaient d’un kiosque de bleuets sur la propriété familiale de 12 acres. Cette propriété, qui était située dans un cul-de-sac en gravier et sur laquelle Kerry s’adonnait aussi à la culture de cèdres de haies, se trouve maintenant près de la voie de raccordement Abernethy empruntée par plus de 8 000 navetteurs chaque jour.

« J’étais vraiment étonné des ventes qu’elles avaient réalisées au kiosque et j’ai pensé : Nous devons faire quelque chose pour mettre ces aptitudes à profit », raconte Kerry, électricien et frigoriste.

Après cette conversation avec leurs parents, Jenna est allée travailler dans une fromagerie située à Agassiz, et Emma a quitté l’école des sciences infirmières pour l’école de gestion.

« Jenna est une personne fiable, concentrée et animée d’une grande éthique du travail, explique Kerry. Elle a déménagé à Abbotsford pour se rapprocher de son travail et n’a jamais manqué une journée. Son dévouement était évident. »

Emma a montré la même passion et le même engagement, dit-il.

« Elle a été propulsée dans le domaine des ventes et du marketing, et elle est vraiment douée pour la vente », fait-il observer.

Compte tenu de leur jeune âge et du fait qu’il s’agissait d’une activité toute nouvelle, il y avait beaucoup d’interrogations sur la façon dont les choses allaient s’arranger, mais Kerry s’est inspiré de son expérience. Lorsqu’il était adolescent, son père a abandonné le secteur de la production laitière et a donné à chacun de ses cinq enfants leur héritage, soit une partie de la propriété. Cette marque de confiance l’a profondément influencé, fait observer l’homme âgé de 53 ans, qui ajoute qu’il souhaitait faire la même chose pour ses enfants.

« En tant que parents, il y a toutes ces questions au sujet de laisser plus de liberté, etc. », dit-il.

« C’est sûr que vous vous inquiétez, mais vous devez courir le risque. Et vous ne pouvez pas microgérer. Je me tiens en dehors des affaires de mes filles. Si je crois que certaines choses ne tournent pas rond, alors je vais poser des questions. Sinon, je les laisse faire leur travail. En ne surveillant pas le moindre de leurs gestes, vous montrez que vous leur faites confiance, et c’est très important. »

Kerry a quelques conseils pour les parents qui éprouvent de la difficulté à lâcher prise.

« Si vous vous inquiétez à propos de vos enfants, écoutez ce que les autres disent. Les commentaires des gens pour qui mes filles ont travaillé ou avec qui elles ont travaillé ont toujours été très élogieux. J’ai énormément de respect envers les jeunes d’aujourd’hui. Pourquoi ne leur donneriez-vous pas leur chance? »
– 30 –