Prochain événement
638720
DD
jours
:
HH
heures
:
MM
min
:
SS
sec

Hooray!

AMULREE, ON – Lorsque Ryan Bergman cherchait un nom pour sa nouvelle exploitation agricole, sa petite amie et un de ses amis ont bien ri du concept Loco Fields.

« Nous étions assis et pensions, tu dois être un peu fou pour faire ce genre de chose, » mentionne Ryan. « Ce travail est exigeant et je n’avais aucune expérience en agriculture. Toutefois, j’aimais le nom et d’ailleurs Loco est un titre accrocheur; il mise sur le mot local. »

Depuis maintenant deux ans en agriculture, à environ 13 kilomètres au nord-est de Stratford, l’idée ne semble plus si farfelue. En fait, l’ancien expert en technologie de l’information de 37 ans aime le travail et songe à agrandir son exploitation de cultures maraîchères biologiques de 1,5 acre.

« Nous avons déménagé du centre-ville de London à un milieu rural il y a cinq ans, » dit-il. « Je n’avais aucune expérience en agriculture, mais je voulais changer de carrière après avoir travaillé pendant longtemps dans le domaine des technologies de l’information.  Nous avons trouvé une maison sise au sein de 200 acres de terrain agricole de type biologique. Après quelques années de réflexion et de recherche, je me suis dit : pourquoi ne pas tenter l’expérience à la ferme?

« Nous avons commencé le travail l’an dernier. Mon père, Luke, 72 ans, qui a pris sa retraite de l’industrie de la construction et moi exploitons la ferme. Il possède des connaissances en agriculture. La famille qui avait déménagé de la Hollande à la région de Woodstock dans les années 1950 avait acheté une ferme où il travaillait. Il travailla par la suite dans le domaine de la construction. »

Ryan admet que le démarrage de Loco Fields a été assez coûteux; il a investi plus de 10 000 $ l’an dernier. Jusqu’ici, bien qu’il ait investi tous ses actifs personnels dans son entreprise, il est content de la situation actuelle après deux années d’exploitation.

« En plus de l’agriculture, j’occupe également quelques autres emplois à plein temps, » ajoute-t-il. « J’ai démarré une entreprise point-com rurale comptant 50 abonnés dans un rayon de 10 kilomètres.  Ceci permet d’obtenir un flux de trésorerie stable. J’effectue également du travail à forfait pour une autre entreprise dans le domaine de l’Internet soit l’installation chez des clients, les ventes et autres activités.

« Nul doute qu’il peut être difficile de tout mener de front, mais plus vous le faites, meilleur vous devenez. Dans le cadre du travail Internet, il est sensationnel de travailler avec des agricultrices et agriculteurs ayant des vues similaires. Par exemple, si la température est clémente, ils savent que je travaille aux champs avec mon père. Ils sont très compréhensifs, il est donc vraiment agréable de faire partie de la communauté agricole. »

Ryan a découvert des débouchés où il vend ses produits certifiés biologiques.  Cela inclut la coopérative Your Local Market (votre marché local) et Gentle Rain les deux au centre-ville de Stratford. Il vend également ses produits les dimanches de 10 h à 14 h.  au Slow Food Market, qui se déplacera de l’intérieur vers l’extérieur ce mois-ci, et au marché St. Mary de 8 h à  12 h les samedis.

« Nous avons eu beaucoup de succès l’an dernier, » dit-il. « Tous les produits agricoles ont été vendus. Il y a 50 légumes certifiés biologiques et plus de 100 types différents. Grâce à la coopérative Local Market, si j’ai une abondance de produits, je peux leur offrir un bon prix. Il est sensationnel de vendre toute notre production plutôt que de la gaspiller. La coopérative est un excellent lieu promotionnel pour nous et une bonne façon de nous faire connaître.

« Mon père et moi étions très fatigués après notre première année, nous travaillerons cette fois-ci à améliorer l’efficacité et à prendre périodiquement quelques congés. J’adore le travail et j’ai beaucoup planifié. J’ai des centaines de chiffriers à des fins de gestion sur mon ordinateur, des formulaires gouvernementaux à remplir ainsi que des sites auxquels m’inscrire ».

Bien que la formation agricole ne faisait pas partie de sa vie avant Loco Fields, Ryan a été très proactif ces temps-ci et a suivi un éventail d’ateliers partout dans la région tout en cherchant d’autres renseignements sur Internet. En janvier, il a suivi autant de sessions que possible et a participé à titre de bénévole à la conférence sur l’agriculture biologique de Guelph.

Il prévoit à court et à long termes augmenter du double la superficie de son exploitation et il caresse l’idée de prendre la direction de la coopérative afin d’obtenir de l’aide engagée. Il songe également à des projets de commercialisation et à de nouvelles façons d’amener les aliments aux acheteurs.

« La prochaine étape consiste à trouver un nouvel endroit, il faudra donc signer un contrat de location, » ajoute-t-il. « Cela signifie que nous devrons probablement trouver un appui financier. Je veux progresser, car une exploitation agricole procure tellement de satisfaction.

« Mon père et moi sommes tellement fiers lorsque nous apercevons cet espace vert, que nous récoltons nos produits et que nous écoutons les commentaires des acheteurs au marché qui nous disent qu’ils aiment nos carottes et nos autres légumes. C’est une sensation très agréable ».

Quel conseil offrirait-il à d’autres nouveaux agriculteurs potentiels?

« Vous avez besoin de beaucoup de planification et cela prendra un certain dévouement, » mentionne-t-il. « Le travail se poursuit après la récolte et lorsque la neige recouvre le sol. L’agriculture est un projet annuel. Vous devez également être certain que vous avez des acheteurs pour vos aliments. Finalement, j’encourage chacun à tenter l’expérience en agriculture, mais il faut comprendre qu’il s’agit d’un travail exigeant, très satisfaisant, mais difficile ».