PROCHAIN ÉVÉNEMENT
6181
DD
jours
:
HH
heures
:
MM
min
:
SS
sec

Hooray!

Une solution mécanique élaborée par les chercheurs d’AAC aide les producteurs de carottes à lutter contre la pourriture sclérotique et à augmenter la profitabilité.

Partout dans les régions où l’on cultive la carotte au Canada, la pourriture sclérotique des carottes s’avère l’une des maladies les plus dévastatrices sur la production. Cette maladie est particulièrement problématique dans les régions de l’Atlantique, où de longues périodes de grande humidité et de précipitations sont chose courante et où la majeure partie des carottes sont entreposées de longues périodes de temps en prévision des ventes hivernales.

« Les producteurs se retrouvant sans possibilité de traitement chimique ni d’autres solutions à la disposition, nous cherchions des solutions de rechange efficaces pour les aider à protéger leurs cultures de carottes, » dit Kevin Sanderson, chercheur pour Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) au Centre de recherches sur les cultures et les bestiaux de l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.). « En 2006, mon collègue, Rick Peters, chercheur, et moi-même avons initié un projet visant à donner suite à des recherches, accomplies ultérieurement à l’Université de Guelph, qui démontraient que le fauchage du feuillage des carottes pouvait atténuer la gravité de la maladie. Nous avons conçu et construit un prototype de faucheuse de feuillage de carottes (FFC) et avons réalisé quelques tests sur l’Î.-P.-É. » La construction du prototype a coûté environ 4 000 $.

Le prototype de FFC, capable de couvrir quatre rangs à la fois, fut conçu pour faucher une partie de la voûte foliaire des carottes entre les rangs de culture. En rabattant le feuillage, l’ouverture ainsi créée se trouve à augmenter la circulation de l’air et la lumière du soleil contribue à assécher le feuillage. Les résidus de feuillage fauché tombent entre les rangs puis s’assèchent, détruisant par le fait même la moisissure logée sur les feuilles. L’objectif était de maîtriser la maladie avant que celle-ci ne se faufile dans les entrepôts où les pertes les plus importantes se produisent. À elle seule, l’industrie de la carotte de l’Î.-P.-É. peut subir en toutes saisons des pertes pouvant atteindre 500 000 $ à cause de la maladie, ce qui signifie des pertes de 1 600 $ par hectare pour l’agriculteur.

« Cette première année-là, dit M. Sanderson, l’incidence de la pourriture sclérotique était très élevée et nos recherches ont révélé que le fauchage menait une lutte remarquablement efficace contre la maladie. En général, le fauchage n’a pas eu d’impact sur le rendement et les agriculteurs ont subi moins de pertes dans les champs et dans l’entrepôt. La moindre perte de rendement causée par le fauchage a vite été compensée par de meilleures récoltes et une diminution des pertes. »

Les résultats découlant de deux saisons de culture ont révélé que le fauchage du feuillage avec le prototype de FFC a permis de réduire l’incidence de la pourriture sclérotique à plus de 86 % dans le champ et à plus de 77 % en entreposage, et ce, sans affecter le rendement de la récolte. « Aussi, le meilleur moment pour l’effeuillage était à la fermeture des rangs, explique M. Sanderson, avec la recommandation de faucher de 45 à 50 cm de feuillage, selon la largeur du rang. Si on effectuait l’effeuillage deux semaines avant la fermeture du rang, on n’obtenait pas le même niveau de contrôle sur la maladie et si on le faisait deux semaines après, c’était peine perdue, les infections fongiques proliféraient déjà. »

L’effeuillage devient une pratique de production conventionnelle
En 2007, s’appuyant sur le succès des recherches, l’entreprise néo-écossaise Oxford Frozen Foods inc. mit au point un modèle de FFC capable de travailler sur neuf rangs pour couvrir ses 2 000 acres de cultures de carottes. Aujourd’hui, cette faucheuse est devenue un outil incontournable dans la pratique de leur production agricole. « La construction de ce modèle à neuf rangs a coûté environ 10 000 $, mais l’entreprise dit qu’elle a compensé ce coût dès la première année d’utilisation, souligne M. Sanderson. Oxford peut effectuer l’effeuillage d’environ 100 acres par jour, pour un coût d’environ 5 $ par acre. »

Ces dernières années, messieurs Sanderson et Peters se sont efforcés de faire connaître cette technologie en faisant la promotion des FFC lors de multiples événements dans chaque province et territoire à la grandeur du Canada. Plusieurs modèles commerciaux ont été construits dans d’autres régions du Canada (Î.-P.-É., N.-É., ON), aux États-Unis et dans d’autres pays (Royaume-Uni, Écosse, France), tous fondés sur le prototype de faucheuse de feuillage de carottes d’AAC. « La plupart des agriculteurs construisent leurs propres modèles à partir des renseignements que nous leur fournissons par rapport à notre prototype et à d’autres modèles construits de par le monde, dit M. Sanderson. » Il y a de plus en plus d’intérêt de la part des agriculteurs conventionnels et biologiques. Récemment, nous avons reçu des demandes provenant de l’Allemagne, des Pays-Bas et d’Israël, surtout pour la production biologique. »

Les agriculteurs qui utilisent cette technologie ont pu tirer d’autres avantages du fauchage du couvert foliaire dont une réduction des pourritures du feuillage et des pourritures molles bactériennes, de même qu’une diminution des besoins en pesticides pour leur faire la lutte. On peut aussi constater que lorsqu’une dose donnée de pesticide est appliquée après le fauchage du feuillage, la pénétration du produit s’en trouve améliorée. Le fauchage du feuillage fait également en sorte que la récolte est plus facile, la qualité de la culture commerciale est meilleure et les retombées financières sont plus importantes.

« La FFC s’est avérée être un outil de gestion très abordable et des modèles sont maintenant en construction et en utilisation partout dans le monde, dit M. Sanderson. Il s’agit d’une méthode écologique pour les agriculteurs conventionnels et biologiques de lutter efficacement contre la pourriture sclérotique, de même que d’un outil de plus pour réduire l’empreinte écologique. Plusieurs agriculteurs tirent des avantages en faisant du fauchage du feuillage des carottes une pratique de production conventionnelle. »

« La conception de la faucheuse de feuillage de carottes en tant qu’instrument de lutte mécanique contre la pourriture sclérotique, à ce jour la seule méthode de lutte au service des agriculteurs, s’avère un exemple probant de l’apport direct de la recherche agricole vis-à-vis des besoins des agriculteurs, » dit Kevin Sanderson.

Contact :
Kevin Sanderson
Tél. : 902-566-6881
Courriel : kevin.sanderson@agr.gc.ca

Rick Peters
Tél. : 902-940-1379
Courriel : rick.peters@agr.gc.ca

Crédit photo: “Kevin Sanderson et Rick Peters, AAC”