PROCHAIN ÉVÉNEMENT
5937
DD
jours
:
HH
heures
:
MM
min
:
SS
sec

Hooray!

Une nouvelle technologie verte d’extraction et de séparation devrait bientôt être offerte à l’industrie. Cette technologie brevetée, mise sur pied par Mazza Innovation ltée, de Penticton, en Colombie-Britannique, permet aux fabricants d’extraire des produits phytochimiques de grande valeur à partir de plantes à l’aide d’un processus plus propre et écologique.

« Notre nouvelle technologie offre aux fabricants un processus d’extraction de produits phytochimiques de grande valeur à partir de plantes, qui est rentable et durable sur le plan de l’environnement, dont les substances extraites pourront être utilisées dans les aliments, les produits pharmaceutiques, les cosmétiques et les autres produits, » explique monsieur Joe Mazza, président-directeur général. « Cette technologie peut extraire plusieurs catégories de produits phytochimiques, dont les composés comme les lignanes, les polyphénols, les saponines, au cours d’une opération unique d’extraction à l’eau à faible polarité. Notre objectif visait à mettre sur pied un système de fabrication novateur à faible consommation énergétique et sans rejet de substances toxiques »

Les méthodes traditionnelles d’extraction à partir de plantes utilisent des solvants organiques, qui présentent des risques pour la santé et l’environnement. Ces solvants sont coûteux et exigent l’adoption de mesures importantes afin de réduire les risques pour la santé, la sécurité et l’environnement. Certains solvants, comme l’éthanol, exigent des installations de production antidéflagrantes. L’élimination de solvants organiques et de déchets provenant du processus comporte également des coûts importants.

« Le processus d’extraction utilise de l’eau et une température particulière, la pression et le débit volumétrique pour optimiser l’extraction des composantes voulues, » explique monsieur Mazza. « Nous pouvons personnaliser la technologie afin d’extraire un éventail de matières premières de biomasse. Par exemple, l’extraction du reversitol de la peau de raisin, des lignanes de la graine de lin ou de la quercétine du sarrasin ». L’extraction finale se produit dans la phase aqueuse qui peut alors être utilisée directement dans les boissons ou d’autres produits, ou convertie en un extrait solide au besoin.

« Ce système d’extraction serait l’équivalent d’une installation d’éthanol par exemple qui exigerait un investissement de 1 à 1,5 million de dollars, » indique monsieur Mazza. « Nous prévoyons des avantages au niveau des coûts, puisque notre technologie utilise de l’eau. Il n’y a donc aucun solvant organique coûteux à manipuler ni à éliminer.  En outre, contrairement aux processus d’extraction par solvants organiques, les matières résiduelles provenant de notre processus peuvent être réutilisées pour d’autres usages ou être compostées. Les besoins énergétiques réduits sont également un avantage important ».

En février 2012, Mazza Innovations recevait un prix régional au cours de la 2e compétition annuelle BCIC-New Ventures à Penticton pour cette technologie. « Nous sommes fiers d’avoir reçu le prix et d’avoir eu l’occasion de rencontrer un éventail d’entrepreneurs, y compris des investisseurs pour discuter de notre technologie, » dit monsieur Mazza. « Il s’agit d’un programme très intéressant et le mentorat et l’apprentissage sont très précieux ».

Présentation et accélération de la production

Au cours des prochains mois, monsieur Mazza espère qu’une installation sera prête pour donner une présentation et commencer la production. « Nous avons embauché des ingénieurs pour bâtir les pièces essentielles du système et nous achèterons les autres, » dit-il. « Une fois le système assemblé, nous le mettrons à l’épreuve et nous effectuerons des essais afin de veiller à ce que l’automatisation requise soit en place, puis nous achèverons les aspects économiques et la mise à niveau ».

Le dispositif commercial d’extraction peut traiter 100 kg de biomasse grâce à deux dispositifs de 50 kg juxtaposés. Le processus s’effectue ainsi en continu, pendant qu’un dispositif fonctionne, le matériel est chargé sur l’autre. Monsieur Mazza a développé un dispositif plus petit de 45 kg alors qu’il travaillait encore au AAC; il connaît donc le fonctionnement du système, il s’agit uniquement d’une mise à niveau de ce dernier.

Il espère mettre l’installation en production d’ici l’automne 2012. L’entreprise produira et vendra des extraits, mais elle offrira également des traitements de produits personnalisés à d’autres sociétés. Il ajoute : « Nous vendrons des sous-licences ainsi que du matériel d’extraction et de fractionnement. Nous possédons l’expertise sur la façon d’extraire ou de fractionner de nouvelles composantes de grande valeur à partir de plantes et grâce à l’installation de présentation, nous pouvons montrer aux entreprises le fonctionnement du processus et les aider pour l’achat et l’installation de leur système».

L’installation de Penticton inclura également un laboratoire de contrôle de la qualité et un petit système d’extraction. « Si une personne possède un produit que nous connaissons peu, nous pouvons effectuer à échelle réduite des essais sur 50 à 100 grammes de matières premières afin d’établir le comportement de la substance au cours de l’extraction, » explique monsieur Mazza. « Si les essais sont concluants, nous pouvons aider les entreprises à installer leur usine de production, à personnaliser le processus au besoin ou à produire la substance pour eux. L’installation que nous mettons sur pied permettra la production et pourra être agrandie au besoin ».

Cet automne, monsieur Mazza prévoit tenir le premier événement porte ouverte et présentation qui mettra en vedette la technologie et ses possibilités. « Nous sommes très enthousiastes de ce processus et de pouvoir offrir une nouvelle technologie d’extraction plus propre et écologique à l’industrie, » indique monsieur Mazza. « Le système conviendra à de nombreux types d’activités, incluant la fabrication de produits naturels et biologiques. Nous sommes impatients de collaborer avec des entreprises de partout au monde pour mettre sur pied des installations d’extraction ».